Non à l’islamophobie: oui à une vraie laïcité

ES CA FR

Déclaration de Marx21 sur la controverse des classes de religion islamique

1. La nouvelle s’est récemment répandue que la Catalogne mettra en œuvre un plan pilote pour offrir cette année des cours électifs de religion islamique. L’annonce a suscité le rejet de nombreux secteurs progressistes. Parmi eux, l’Europe laïque, qui fait du bon travail contre l’influence réactionnaire de la Conférence épiscopale dans la société et dans les écoles. Ils dénoncent, par exemple, la situation non démocratique selon laquelle l’Église catholique peut prendre 0,7% de ce que nous payons en impôt sur le revenu au visage.

2. Cependant, la réaction hostile ne vient pas uniquement, ni principalement, de ces secteurs. L’extrême droite, de VOX aux petits groupes d’ultra-extrémistes catalans, attaque également la mesure. Parfois, ils le font dans des termes similaires à ceux de la gauche: VOX, par exemple, a tenté de prétendre qu’avec son attaque contre l’islam, elle cherche à « défendre les femmes ». Cependant, dans des messages moins prudents, ils disent ouvertement que leur véritable souci est de promouvoir la « culture chrétienne occidentale ». Cette réaction de la droite, et dans certains cas de fascistes connus, devrait nous faire réfléchir. Parallèlement à d’autres facteurs discutés ci-dessous, il nous fait penser que le rejet de ce plan pilote par des secteurs progressistes — dont certains, contrairement à l’Europe laïque, semblent n’avoir découvert un intérêt soudain pour la « laïcité » que maintenant, lorsqu’il s’agit de l’Islam — c’est une grave erreur.

3. Aucun débat politique ne se déroule dans le vide, et celui-ci encore moins. La controverse actuelle n’est pas un débat intellectuel abstrait, mais se déroule dans un contexte d’islamophobie forte et croissante. Cette islamophobie, qui est la forme de racisme la plus virulente au monde aujourd’hui, a été utilisée pour justifier des guerres, des emprisonnements, des tortures et des meurtres. C’est une arme du système aux États-Unis de Trump, dans la Russie de Poutine et en Chine, qui a enfermé un million de musulmans dans des camps de « rééducation ». On a dit, à juste titre, qu’il n’y a pas de « non-raciste » : si vous n’êtes pas antiraciste, en pratique vous êtes pro-raciste. Dans ce débat, quiconque ne met pas la lutte contre l’islamophobie au centre de sa réponse, consent en effet à cette forme de racisme.

4. Pour analyser les choses dans leur juste mesure, il faut regarder les faits. Tout ce scandale est survenu avant l’annonce d’un plan pilote en Catalogne qui suppose que quatre professeurs donneront des cours de religion islamique. La mesure répond (tardivement et de manière très limitée) à une loi d’État approuvée en 1992, sous le gouvernement de Felipe González. Avant la nouvelle proposition, la Catalogne n’avait pas un seul professeur d’islam. Dans tout l’État espagnol, il y a environ 80 professeurs de cette matière. En revanche, selon les chiffres de la Conférence épiscopale, il y a 34 868 professeurs de religion catholique enseignant 3 303 193 étudiants. Pour sa part, Europe laïque affirme que 20 000 enseignants enseignent la religion dans les écoles publiques et concertées de l’État espagnol, et que cela coûte à l’État et aux communautés autonomes environ 700 millions d’euros par an. Quiconque est bouleversé par la nomination de 4 professeurs d’islam, et ne se plaint pas infiniment plus aux professeurs de catholicisme, montre que ce qui sous-tend leur rejet, consciemment ou non, n’est pas la laïcité, mais un autre « isme » beaucoup plus laid.

5. L’un des arguments avancés contre la mesure est qu’elle donnera libre cours à la promotion au sein de l’école d’idées machistes, homophobes et réactionnaires. Il va sans dire que toute gauche cohérente – le réseau Marx21 compris – s’oppose au machisme, à la LGTBIphobie, au racisme … d’où qu’il vienne. Cependant, cet argument est en lui-même islamophobe, car « il considère l’islam comme un bloc monolithique unique, statique et insensible aux nouvelles réalités » (citant le premier critère d’islamophobie du Runnymede Trust). Deuxièmement, ces idées réactionnaires sont déjà présentes dans les écoles par la main du secteur le plus à droite du corps enseignant, qu’il soit catholique ou autre. Troisièmement, il ignore ou cache le fait que le contenu de cette matière est dicté par le BOE, où les programmes d’enseignement primaire et secondaire ont été publiés. Autrement dit, ce n’est pas laisser libre cours à un réactionnaire pour promouvoir une vision rétrograde de l’islam dans les écoles, mais plutôt des enseignants qui devront respecter les mêmes exigences que le reste de la faculté.

6. Une partie du problème dans ce débat vient de la confusion concernant le sens de la laïcité. Le mouvement Europe séculière lui-même offre une définition raisonnable : « la défense du pluralisme idéologique sur un pied d’égalité en tant que règle fondamentale de l’État de droit et la mise en place d’un cadre juridique adéquat et efficace qui le garantit et le protège contre toute ingérence des institutions religieuses. » La clé est la séparation entre l’État et la religion ; que l’Etat ne privilégie aucune religion ; pluralisme idéologique sur un pied d’égalité. La laïcité ne suppose pas un athéisme imposé, mais c’est ainsi que certains secteurs qui se définissent comme « laïques » le comprennent. Cet athéisme imposé s’exprime dans la demande que la religion soit limitée « à la sphère privée ». Dans ses formes extrêmes, cette vision consiste à enfermer les femmes musulmanes qui veulent porter un voile à l’intérieur de leurs maisons. En France, les femmes musulmanes ont été condamnées à une amende pour ne pas avoir respecté les exigences de l’État concernant leurs vêtements; au moins une femme a été forcée par quatre policiers à enlever son burkini sur la plage. C’est tout sauf une protection contre « toute ingérence des institutions religieuses ou autres ». Bref, la laïcité signifie vraiment pluralité et liberté de pensée, liberté religieuse; ce n’est en aucun cas une justification pour refuser des droits aux musulmans.

7. Beaucoup de gens de gauche qui prétendent défendre une vision « marxiste et matérialiste » de la religion, reproduisent en fait la vision libérale et idéaliste avec laquelle le jeune Marx a rompu. Les philosophes avec lesquels Marx et Engels se disputaient si férocement devinrent obsédés par la « critique de la religion ». Une étape clé dans le développement du marxisme a été de comprendre que la base du problème n’était pas les idées, mais la réalité matérielle d’une société de classe et de l’exploitation économique. A partir de cette vision, Marx a écrit: « La religion est le sanglot de la créature opprimée, le cœur d’un monde sans cœur … C’est l’opium du peuple. » Une grande partie de la gauche ne cite que la dernière partie. Ni les idées religieuses ni les livres saints ne sont la cause des maux du monde. Si les religions reproduisent des idées réactionnaires, c’est parce que de telles idées font partie du monde dans lequel ces religions existent. Et – pour revenir au débat actuel – le problème central de la lutte pour la laïcité dans l’État espagnol est l’influence des institutions catholiques, pas des idées religieuses en tant que telles, ni même des croyances catholiques, encore moins de l’islam. En d’autres termes, nous devons lutter contre la Conférence épiscopale, non pas à cause des idées religieuses qu’elle prétend défendre, mais à cause de son pouvoir réel – dans les écoles, dans l’État, dans la société en général – et comment elle l’utilise pour promouvoir ses propres intérêts. l’économie, le système capitaliste et l’idéologie dominante. D’un point de vue matérialiste, on voit que la lutte contre la direction ecclésiastique doit être liée à la lutte contre le rôle de l’armée, des grandes entreprises, etc., comme d’autres éléments du système actuel. Et – quelle surprise! – ces secteurs ont une présence importante et croissante au sein du système éducatif. Ce n’est que d’un point de vue idéaliste – « les deux sont religieux » – que la puissante Église catholique et les petites communautés musulmanes persécutées peuvent être assimilées.

8. Posons-nous la question suivante: que signifierait le retrait, face à l’opposition, de ce plan pilote avec quatre professeurs d’islam? Les 20 ou 30 000 professeurs de catholicisme resteraient – certains d’entre eux promouvant des idées très arriérées – avec les autres privilèges de la direction ecclésiastique catholique. Nous continuerions sans un système scolaire vraiment laïc. L’extrême droite raciste aurait remporté une victoire. Il faut ajouter que la minorité parmi les musulmans qui promeuvent des opinions réactionnaires et sectaires aurait également gagné; cela revigorerait son argument selon lequel les musulmans n’ont pas de place dans les sociétés d’aujourd’hui et devraient embrasser leurs opinions fermées. Il est vrai que le plan pilote n’est pas une vraie solution à la situation actuelle de discrimination, avec des privilèges pour les dirigeants catholiques. Mais même ainsi, sa défaite serait une mauvaise nouvelle. Je suppose qu’il n’est même pas possible d’introduire cette petite concession à une minorité opprimée, comme le peuple musulman de l’Etat espagnol; cette petite et imparfaite concession à la diversité, face à l’hégémonie catholique.

9. De nombreux militants soutiennent qu’au lieu d’ajouter des professeurs d’islam, les privilèges de l’Église catholique devraient être supprimés. Bien sûr. Le problème est que rien qu’en le disant et en le souhaitant, on ne change rien. Les privilèges sont toujours là, la loi actuelle est toujours en vigueur. Et cette loi dicte que les autres religions ont également certains droits. Maintenant qu’il semble que la loi va être respectée, de manière très partielle et avec 28 ans de retard, le rejet de cette conformité – sans possibilité d’imposer un meilleur modèle – ne fait qu’alimenter le racisme. La politique anticapitaliste ne consiste pas à imaginer une situation parfaite et simplement à la prêcher. Dans le monde réel, nous devons participer aux luttes concrètes qui surgissent, que nous n’initions pas normalement ou ne prenons pas la forme exacte que nous aurions souhaité. Nous devons toujours soutenir le s lutte contre l’oppression. Cela n’exclut pas d’avoir sa propre vision et de faire les critiques que nous jugeons nécessaires, mais si ces critiques ne partent pas du rejet de l’oppression et de la solidarité avec les luttes, elles sont sans valeur.

10. Pour terminer, faisons un résumé de ce que nous voulons. Nous rejetons toutes les formes de racisme, y compris l’islamophobie. Par conséquent, nous voulons éliminer toutes les formes de discrimination raciste qui existent actuellement, y compris celles du système éducatif. Nous voulons une société véritablement laïque, dans laquelle l’État n’agit pour ou contre aucune religion. Pour y parvenir dans l’éducation, nous pensons qu’au lieu d’ajouter plus de religions, l’idéal serait d’éliminer complètement le pouvoir de l’Église catholique dans l’enseignement, des cours de religion dans le système public aux écoles directement contrôlées par les institutions religieuses. Ce n’est pas pour attaquer les croyances des gens; Au contraire, nous pensons qu’il serait important de traiter le fait religieux et éthique au sein des écoles, mais d’une manière vraiment inclusive, scientifique et laïque, et sans ségrégation des élèves. Cependant, jusqu’à ce que nous réussissions à changer le modèle, nous rejetons les tentatives du droit raciste de discriminer les religions minoritaires, leur refusant ce qui, en fait, est déjà leur droit en vertu de la loi. Tant qu’il y a des cours de religion dans les écoles, ce droit ne peut être refusé aux religions minoritaires, comme l’islam, le judaïsme ou l’église évangélique, entre autres.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s